Bull de Paul Andrew Williams

 Seeking Aiden

Synopsis :

Bull s’en revient au bercail après dix ans d’absence, bien décidé à solder les comptes. Dans son collimateur, ses anciens partenaires criminels et surtout leur boss, qui se trouve être son beau-père. Bull veut récupérer son fils, peu importe le nombre d’hectolitres de sang versé.

Bull de Paul Andrew Williams

MON AVIS :

Découvert en 2007 avec l’éprouvant London to Brighton, Paul Andrew Williams s’est lentement forgé une carrière discrète mais de bonne facture. Au fil des années, l’auteur a navigué entre différents genres : la comédie horrifique, le home invasion, la romcom ou encore le thriller urbain.
L’homme renoue avec cette dernière catégorie avec sa nouvelle réalisation.

Ouvrant sur une lente scène figée en pleine nature où des individus s’éloigne du premier plan, le réalisateur nous offre une bouffée d’air frais. Ce moment calme tranchera avec la scène suivante où nous assistons à l’exécution d’un homme. Le cadre est ainsi posé. La quiétude et les grands espaces ne feront pas parti de l’environnement dans lequel vont évoluer nos personnages. Nous sommes amenés à suivre le parcours d’un homme sillonnant les rues d’une bourgade anglaise afin de mener un bien une mission qu’il s’est donné.
L’absence d’exposition aux événements actuels nous force à être attentif aux situations présentées. Chaque information que nous glanons nous permet de comprendre le passif entre les individus et la présence de notre protagoniste en ces lieux. Pour obtenir cette vision d’ensemble, l’auteur choisi d’alterner moments présents et passés.
Le puzzle se construit ainsi à rebours. Plus notre revenant avance dans sa quête, plus nous approfondissons son historique et les raisons de son retour en ces terres. Paradoxalement, l’accroissement de nos connaissances se fait au détriment des personnes impliquées. L’auteur jouant avec une atmosphère surnaturelle, nous pouvons interpréter que la mise à mort des partenaires d’antan permet de leur voler leurs souvenirs, les offrir aux spectateurs et ainsi compléter le tableau de sa vie révolue.

Bull Paul Andrew Williams Screenshooter David Hayman  Lois Brabin-Platt

En optant pour cette construction narrative, les ellipses s’effectuent sans que cela soit flagrant. Il y a une fluidité dans la trajectoire scénaristique. Le problème est qu’elle a un impact fort dans notre immersion. En effet, la démarche du personnage principal est autant la vengeance que de retrouver certains proches. Il est donc attendu une graduation dans la tension au fur et à mesure que la personne se rapproche de son objectif et des dangers qui s’accompagnent. Dans le cas présent, le changement constant de temporalité fait retomber cette pression.
Chaque confrontation physique est espacée par ces retours arrière plus verbeux. Ces instants nous repositionnent en tant que spectateur des évènements et non plus comme un témoin silencieux de cette expédition punitive. Il est donc difficile de développer le sentiment d’urgence lié à la quête ni celle de l’oppression liée à la traque.
Ce constat est d’autant plus dommageable que ces sensations auraient pu émerger si la chronologie des évènements avait été linéaire. L’œuvre aurait certes perdu un twist final mais aurait gagné en âpreté. D’autant que cette révélation en fin de bobine n’apporte pas grand-chose à l’intrigue.

Bull reste une œuvre maîtrisé créant un univers voyoucratique plausible où nous plongeons entièrement dans une spirale de violence. Il n’est pas étonnant que l’œuvre ai plu au public du PIFFF ni de le retrouver dans le catalogue de Shadowz. Pour son prochain projet, Paul Andrew Williams retourne vers les séries avec The Fear Index pour nous plonger dans un thriller financier.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.