Étiquette : action

Peacemaker saison 1 de James Gunn

Peacemaker saison 1 de James Gunn

Reboot nécessaire après le fiasco de la version de David Ayer, The Suicide Squad de James Gunn a su apporter une formule percutante déjà éprouvée dans ses Gardiens de la galaxie. Avec sa galerie de personnages tous plus allumés les uns que les autres, l’œuvre 

The Sadness de Rob Jabbaz

The Sadness de Rob Jabbaz

Projet développé en pleine pandémie, le premier long-métrage de Rob Jabbaz s’inscrit pleinement dans son époque entre virus en pleine mutation et défiance face aux institutions étatiques. Amorçant son récit sur le doux réveil d’un couple, nous prenons le temps de connaître ces individus pendant 

Section 99 de S. Craig Zahler

Section 99 de S. Craig Zahler

Trois années après s’être essayé à la réalisation avec Bone Tomahawk, S. Craig Zahler récidive avec Section 99. Exit l’Ouest sauvage et son monde cannibale, cette nouvelle œuvre s’intéresse à une autre branche des films d’exploitation : l’univers carcéral.

Ouvrant sur le licenciement du protagoniste, le réalisateur profite de cette introduction pour présenter la dynamique au sein du couple. Loin d’être idyllique cette séquence montre l’ensemble des dysfonctionnements de cette relation et surtout la colère froide se tapissant au fond de Bradley.
Une fois ces informations assimilées une ellipse nous permet d’être amenés quelques mois plus tard. Nous pouvons constater  l’évolution de la situation sociale des conjoints avant que la descente aux enfers soit amorcée.

À l’image de son précédent film, le réalisateur met un point d’honneur à laisser vivre ses scènes et donc ses personnages au sein du cadre. Le prologue apporte une bonne compréhension sur le vécu de Bradley mais sert surtout de levier émotionnel pour les déboires à venir.
En effet, la suite des événements sera toujours motivée par l’amour que cet individu porte à sa femme. Vince Vaughn incarne parfaitement cet être résigné à s’enfoncer de plus en plus profondément dans cet enfer carcéral afin de respecter son code d’honneur mais surtout mettre sa moitié à l’abri. Chacune de ses décisions transpire de résignation face aux conséquences de ses actes autant que la détermination de les sortir de cette situation.

Section 99 S. Craig Zahler Screenshooter Vince Vaughn

L’auteur exploite au maximum le genre qu’il aborde en découpant en plusieurs étapes la déchéance des libertés de son « héros ». Ces phases sont explicitement présentées à travers les échanges entre les protagonistes. Elles permettent de faire évoluer la trajectoire scénaristique en nous réservant quelques dénouements cruels mettant en lumière l’engrenage sadique dans lequel est plongé notre prisonnier.
Ce périple est aussi sensoriel. Chaque nouvel environnement représente un échelon dans le processus déshumanisant qu’est la prison. Nous pouvons en mesurer son degré en fonction de la propreté des lieux, de sa luminosité, des interactions sociales ou encore des individus à la tête de ces structures. En étant au plus près de Bradley, nous ressentons l’oppression endurée de par les situations vécues.

À la différence de Bone Tomahawk où la violence éclate dans un final tétanisant, Section 99 est ponctué tout au long de son récit de confrontations sèches et sanglantes. Évidemment, plus notre prisonnier s’enfonce dans les entrailles de la Prison et plus les affrontements seront brutaux. Tout comme sa première œuvre, S. Craig Zahler crée des mises à mort qui marquent notre rétine renforçant l’émotion véhiculée par les scènes.

Avec ce deuxième film, le réalisateur confirme sa capacité à s’approprier les codes du cinéma d’exploitation sous ses différentes thématiques pour nous offrir des œuvres captivantes et stimulantes. Un auteur à suivre de très près pour tout les amateurs de genre.

Bone Tomahawk de S. Craig Zahler

Bone Tomahawk de S. Craig Zahler

Genre passé en désuétude depuis la fin des années 80, le western continue de hanter nos écrans notamment grâce aux frères Coen. Sortie discrètement dans nos contrées en 2015, Bone Tomahawk est la première réalisation de l’écrivain S.Craig Zahler. Ouvrant sur l’exécution et le pillage 

Balle perdue de Guillaume Pierret

Balle perdue de Guillaume Pierret

Après avoir réalisé quelques courts-métrages ainsi qu’une poignée d’épisodes pour le Golden Moustache et le Golden Show, Guillaume Pierret passe au format long avec Balle perdue. L’auteur s’entoure d’un casting solide entre habitué du genre et acteurs sortant de leur zone de confort. D’une durée 

La guerre des gangs de Lucio Fulci

La guerre des gangs de Lucio Fulci

Avant d’obtenir ses gallons dans l’univers horrifique, Lucio Fulci œuvrait depuis nombre d’années pour la renommée du cinéma italien. Du western à la comédie en passant par le film d’aventure, le futur maitre de l’horreur s’est frotté à divers genres cinématographiques sans réussir à rencontrer le succès escompté.
Il faudra attendre la sortie de L’enfer des zombies en 1979, vingt années après ses débuts derrière la caméra, pour qu’il se fasse connaître auprès de la scène internationale.
À défaut de jouir d’une liberté financière lui permettant de réaliser des projets qui lui sont cher, l’homme se voit donc contraint d’accepter une commande pour un genre en perte de vitesse : le poliziotteschi. Puisant ses racines dans des œuvres américaines telles que L’inspecteur Harry, The french connection ou Serpico, le néo-polar italien se caractérise par sa description d’une société où la police est corrompue et où les milieux mafieux ont pris le pouvoir.

C’est donc lors du chant du cygne de ce genre que Lucio Fulci est sollicité pour nous narrer les péripéties d’un contrebandier devant faire face à l’arrivée d’un trafiquant de drogues. En partant de cette trame convenue, le réalisateur réussit à créer une histoire rythmée alternant courses-poursuites, règlements de comptes sanglants tout en prenant soin de construire un récit solide.

Assez académique dans sa réalisation, La guerre des gangs tire son épingle du jeu en créant une galerie de personnages consistant et dont leurs relations forment un aspect central de l’intrigue. On se laisse rapidement embarquer dans cet affrontement où deux milieux aux mœurs divergentes vont se déchirer.
D’un côté, la contrebande est présentée comme une organisation certes illégale mais permettant de faire vivre de nombreuses familles et ainsi les éloigner de la misère. Une entreprise louable où Luca est l’incarnation même de ce mal nécessaire inoffensif.
De l’autre côté, le marché de la drogue est présentée comme une filiale s’imposant dans la violence et ne semant que la mort autour d’elle. Elle est la source des problèmes occasionnés aux contrebandiers.
La rencontre entre ces deux univers ne pourra que causer des dommages collatéraux.

La guerre des gangs Lucio Fulci Screenshooter

Tout au long de la bobine, l’auteur sème des éléments permettant de mettre en évidence l’opposition entre ces deux activités. On peut reprocher au réalisateur de faire des contrebandiers des hommes trop bons sous tout rapport, cela n’entache en rien le plaisir que l’on a à suivre Luca dans ses tourments.
Un autre aspect marquant réside dans la retranscription de la violence de ces milieux. Durant le tournage, Lucio Fulci souhaitait se concentrer sur ce point et cela est flagrant. Les meurtres sont particulièrement violents et sanglants. Certes cette approche est une caractéristique propre au genre cinématographique abordé mais on a l’impression dans le cas présent que le réalisateur se permet toutes les transgressions. Certaines scènes pourraient se retrouver dans des œuvres horrifiques et plus particulièrement des Slasher tant l’hémoglobine coule à foison. Entre fusillades sanglantes, visage déchiqueté à la mitrailleuse et torture au chalumeau, l’œuvre n’est clairement pas conseillé aux âmes sensibles.

En somme, sans pour autant être une œuvre majeure, La guerre des gangs est un petit bijou violent remplissant ses objectifs tout en offrant un bon moment de cinéma. Une œuvre méconnue de l’auteur italien annonçant sur quelques aspects ses futurs méfaits dans le genre horrifique.

Gangs of London saison 1 de Gareth Evans & Matt Flannery

Gangs of London saison 1 de Gareth Evans & Matt Flannery

Mis sur le devant de la scène avec The Raid, Gareth Evans avait pour projet de faire une trilogie à partir de son œuvre de 2011. Six années après le second opus, il parait évident que la conclusion espérée ne verra jamais le jour. L’auteur 

The punisher saison 2 de Steve Lightfoot

The punisher saison 2 de Steve Lightfoot

Entre 1989 et 2009, les péripéties de Franck Castle ont eu le droit à trois adaptations cinématographiques à la qualité très variables.  Le développement du Marvel’s Universe sur Netflix a permis à cet anti-héros de refaire surface. Apparu dans la deuxième saison de Daredevil, il 

Crisis Jung de Gobi et Jérémie Périn

Crisis Jung de Gobi et Jérémie Périn

Après Love, Death & Robots, Netflix poursuit sa production d’animation à destination d’un public adulte avec Crisis Jung. 
Le projet est développé par les studios français Bobbypills et Blackpills, deux sociétés spécialisées dans ce domaine. 
Aux commandes, nous retrouvons Gobi et Jérémie Périn. Le premier est auteur de nombreuses BD telles que Lucha Libre, Tequila ou Zblucops. Le second a notamment réalisé l’adaptation en série de Lastman. 
L’œuvre est découpée en dix épisodes d’environ sept minutes. Un format extrêmement court, parfaitement adapté pour un support mobile. Le choix n’est guère étonnant sachant que Blackpills cible ce type d’écran. La structure est en phase avec sa durée. Passé l’épisode d’introduction, Crisis Jung dévoile l’itération sur laquelle le récit va se baser. 
À chaque chapitre, Jung devra affronter un nouveau sbire de Petit Jésus. Cette confrontation le pousse à se remettre en question pour mieux surmonter son épreuve. Il effectue ainsi la quête initiatique propre à tout héros. 
La trajectoire est linéaire. Elle est centrée uniquement sur ce personnage et ne s’encombre pas d’intrigues annexes. Le récit est ainsi parfaitement adapté à son format. Les individus se définissent dans les péripéties qu’ils vivent. On obtient ainsi une profondeur dans la personnalité de chacun sans avoir à passer par de longues séquences de dialogues. 
Crisis Jung Gobi Jérémie Périn Screenshooter Poing dressé
Par ailleurs, les auteurs assimilent intelligemment les codes de l’heroic-fantasy et du jeu d’aventure. On retrouve la figure de l’être prophétique censée mettre un terme au chaos ambiant. Il est entouré d’un lot d’individus aux compétences complémentaires. Chaque échec lui permet de débloquer une nouvelle aptitude. Les membres des villages ou clan sont interchangeables et ne servent qu’à aiguiller les protagonistes vers leur destination finale. Ces différents archétypes sont détournés par un traitement par l’absurde des événements et des protagonistes. 
En effet, que cela soit dans la résolution des conflits que dans le comportement des personnages, le duo incorpore constamment des éléments parodiant l’univers qu’ils investissent. L’extravagance et le politiquement incorrect sont omniprésents. 
Le résultat est donc une œuvre d’une forme très légère et caricaturale cachant un fond intelligemment travaillé. Une osmose qui fait mouche. On se laisse embarquer dans cette aventure durant une bonne heure sans qu’on ne se lasse des péripéties vécues par Jung.
Dealer de Jean Luc Herbulot

Dealer de Jean Luc Herbulot

Après s’être fait la main sur quelques courts-métrages, Jean Luc Herbulot change de format pour offrir à son nouveau projet la durée nécessaire à ses ambitions. L’auteur retrouve Dan Bronchinson, avec qui il a déjà collaboré sur Munster Cake, et lui offre le premier rôle.