SOCIAL MEDIA

Quien a hierro mata de Paco Plaza

lundi 22 mars 2021

 Endless retaliation

Synopsis:

Un trafiquant de drogue en quête de repos. Un infirmier en quête de vengeance. Un carrefour où personne n'est en sécurité.

Quien a hierro mata Paco Plaza Screenshooter

Mon avis :

Émergeant aux débuts des années 2000 lors du renouveau de la vague horrifique espagnol, Paco Plaza fait partie des réalisateurs mineures de ce courant. Il fut connu du grand public principalement pour sa collaboration avec Jaume Balaguero pour la saga [REC].
C’est donc avec une certaine curiosité que nous retrouvons l’auteur ibérique dans ce drame sur fond de vengeance avec l’excellent Luis Tosar dans le premier rôle.

Nous sommes amenés à suivre parallèlement la trajectoire de Mario, infirmier dans une maison de retraite, et Antonio Padin, mafieux en passe de raccrocher. Outre les instants où ces deux hommes se retrouvent, l’auteur prend le temps de développer leur trajectoire respective.
D’un côté, nous découvrons le quotidien de ce soignant sur le point de devenir père. L’arrivée de ce nouveau résident va chambouler la routine paisible de cet homme. Nous assistons à sa descente aux enfers motivée par sa volonté d’honorer ses morts.
De l’autre, nous suivons la succession difficile entre le patriarche et sa descendance. Ce récit sous forme d’intrigue policière permet de rythmer l’ensemble. Il injecte des confrontations dans un ensemble relativement calme, en apparence du moins.
L’auteur navigue entre le milieu médical et criminel de manière fluide en faisant se croiser ces deux univers au détour de diverses rencontres. Nous prenons le temps ainsi de découvrir l’ensemble des protagonistes sans perdre le fil rouge du récit.

Quien a hierro mata Paco Plaza Screenshooter

Un aspect déroutant dans le film est la lenteur de sa progression. Les œuvres traitant de vengeance nous ont habitué à un rythme effréné passé un premier segment posant les bases. Dans Quien a Hierro Mata, la loi du talion adoptée par notre infirmier est plus pernicieuse. Une approche plus en accord avec l’identité de l’homme. Nous observons donc le quotidien de l’ensemble des personnages et la façon dont cet engrenage meurtrier impact leur entourage.
Ce traitement permet de crédibiliser le récit et de renforcer l’empathie pour nos personnages. Nous sommes plus enclins à comprendre les désirs meurtriers de Mario. Ses motivations et sa vulnérabilité sont des atouts indéniables au sein de cette œuvre. Paco Plaza a l’intelligence de ne pas transformer ce simple infirmier en machine à tuer implacable. En cela, l’œuvre se positionne en tant que film dramatique sous fond de vengeance.
La trajectoire policière se concentrant sur le devenir du clan Padin reste une trame anecdotique car prévisible. Elle a pour but principal de dynamiser le fil rouge en parasitant les plans de Mario. Les individus de cet univers ne sont pas pour autant de simples artifices narratifs. Leurs présences seront mises à profit lors de moments clés. Chaque personnage a son rôle à jouer dans ce lent engrenage meurtrière.

En somme, Quien a Hierro Mata est une agréable surprise. En refusant de plonger tête baissée dans l’action pure propre au sujet, le réalisateur développe ses personnages et en joue pour créer des instants éprouvants. Le final est une conclusion parfaite d’une noirceur étonnante mais cohérente. Il nous rappelle que les voies de la vengeance sont des spirales infernales où personne n’en sort indemne. 

 


 

Enregistrer un commentaire