SOCIAL MEDIA

Haunt de Scott Beck & Bryan Woods

mardi 28 juillet 2020

Flesh mask

Synopsis:

Durant Halloween, un groupe d'amis croise une maison hantée "extrême", qui va les confronter à leurs peurs les plus sombres.

Haunt Scott Beck  Bryan Woods Screenshooter

Mon avis:

Deuxième réalisation de Scott Beck et Bryan Woods, l’œuvre s'est particulièrement fait remarquer aux États-Unis via sa diffusion sur la plateforme Shudder.
Sur le papier, il est difficile de comprendre l’engouement du public tant l’œuvre a tous les aspects d’un slasher lambda.

La première partie confirme ce ressenti. Nous découvrons les différents protagonistes et leur environnement. Les relations présentaient sont convenues sans pour autant être caricaturaux.  Nous obtenons ainsi un aperçu des personnalités respectives.
Nous arrivons rapidement à notre destination finale et ce d’une manière pour le moins incongrue. On sent l'utilisation de ressorts scénaristiques au détriment d'une évolution naturelle des actions. La suite des événements ne réservera pas de grande surprise. Du moins jusqu’à ce que les cadavres commencent à s’accumuler.

En effet, une fois passée la première moitié de la bobine. Les auteurs amorcent un jeu de massacre particulièrement graphique et ponctué de moment de tensions efficaces. La variété des pièces du lieu permet de diversifier les confrontations. Il en est de même de par la pluralité des bourreaux. Chacun d’eux, bien qu'inconnus, à une identité visuelle et un modus operandi qui leur sont propres. Les mises à mort sont frontales. Les blessures provoquées nous sont présentées sans s'y attarder. Cette approche permet de décupler l'impact des coups sans tomber dans une complaisance face aux actes perpétrés.
Comme tout slasher respectant son cahier des charges, Haunt a sa final girl. Cette dernière est rapidement identifiable. Son passif est développé aux cours des événements. II permet de mettre en parallèle la situation actuelle avec le traumatisme de son enfance. Ces éléments sont bien exploités et mis à profit lors de son final via une situation anxiogène où une pièce se transforme en escape game malsain.
Le rythme monte donc de manière crescendo et culmine via une succession de confrontations particulièrement sanglantes. De par sa durée d’une heure trente, les auteurs évitent ainsi une quelconque baisse de régime et décide d'aller à l'essentiel.

Haunt Scott Beck  Bryan Woods Screenshooter Katie Stevens

Outre sa trajectoire scénaristique basique mais efficace, un autre élément lui permet de se démarquer du lot. Il réside dans l’identité des bourreaux.  Le duo a conscience de l’impact qu’aura cette révélation et en joue tout au long de l’œuvre. La découverte n'en est que plus délectable. Elle apporte une dimension d’autant plus sadique dans le jeu établi. Sans avoir à expliciter le passif de ces êtres, nous sommes amené à deviner les atrocités perpétraient pouvant expliquer ce résultat.

En somme, Haunt s'adresse principalement aux aficionados du genre. Il est demandé au public d’accepter une première partie très linéaire pour être ensuite récompensé par le second segment. L'oeuvre offre ainsi sans prétention aucune un divertissement honnête ne cherchant ni à complexifier inutilement sa trame ni à édulcorer les actes perpétrés.
En attendant de retrouver le duo pour un nouveaux projet en tant que réalisateur, nous pourrons découvrir une nouvelle proposition d'horreur avec leur scénario de Sans un bruit 2. 



Publier un commentaire